Invited speakers

The 2022 speakers are:

Dr. Clémentine Le Magnen – Basel University (Switzerland)

Clémentine Le Magnen et son équipe de l’hôpital universitaire de Bâle cultivent des mini-tumeurs en laboratoire afin de tester différents traitements.

Dr Le Magnen, sur quoi porte votre projet de recherche ?
Notre projet porte sur les cancers de la prostate et de la vessie. Nous aimerions améliorer notre compréhension des mécanismes de croissance des cellules de ces cancers. Nous cultivons en laboratoire des cellules cancéreuses de patients sous la forme de minuscules sphères tridimensionnelles qui ressemblent à des « mini-tumeurs » humaines (appelées organoïdes). Ces organoïdes sont ensuite étudiés et comparés aux tumeurs des patients pour vérifier leur similarité, et qu’ils sont de bons modèles d’étude.

Comment cela fonctionne-t-il concrètement ?
Nous recevons des échantillons de tissus de patients ayant été opérés ici à l’hôpital. Nous en extrayons les cellules cancéreuses et les faisons grandir en laboratoire pour qu’elles deviennent des organoïdes.

Avez-vous déjà obtenu des résultats ?
Oui, nous avons mis au point différentes techniques pour fabriquer les organoïdes. Certaines fonctionnent mieux que d’autres. Dans plusieurs cas, nous avons utilisé les organoïdes pour tester l’effet de médicaments anticancéreux.

Quel objectif poursuivez-vous ?
Nous voulons déterminer comment les cellules cancéreuses se développent et comment les empêcher de croître. Pour ce faire, nous avons la chance de travailler avec des médecins qui traitent les patients ; cela nous aide à comprendre les besoins des personnes concernées. À long terme, nos recherches visent à améliorer le traitement des cancers de la prostate et de la vessie.

Dr. Payam Gammage – Cancer research UK

Mitochondria are a cellular nexus, performing numerous signalling, biosynthetic and bioenergetic functions. In humans, mitochondria are composed of ~1200 proteins, the vast majority encoded in nuclear DNA, with a minor subset encoded in the spatially and heritably separate mitochondrial DNA (mtDNA).

The human mitochondrial genome is a genetically compact, circular, double-stranded DNA molecule of 16.5 kb, typically present at between 100 and 10,000 copies per cell on a cell type-specific basis. Encoded exclusively in mtDNA are subunits of the mitochondrial respiratory chain and ATP synthase, required for functional oxidative phosphorylation, and all RNA components necessary for their translation by mitochondrial ribosomes.

Mutations, deletions and rearrangements of mtDNA are a known source of hereditary metabolic disease in humans, causing a broad spectrum of pathology underpinned by mitochondrial dysfunction. Mutations of mtDNA are also found in approximately 60% of all solid tumours, often at levels that would result in profound mitochondrial dysfunction.

Mitochondrial dysregulation and dysfunction, particularly a switch from oxidative to glycolytic metabolism, is often observed in cancer. Our research focuses on determining the role of mitochondrial genetics and gene expression in human cancer.